Travaux en faveur des espèces et des milieux

AMÉLIORATION DE LA FONCTIONNALITÉ DU RUISSEAU DE LA SCHERNETZ

Le Syndicat Mixte pour l’entretien des cours d’eau du bassin de l’Ehn-Andlau-Scheer (SMEAS) réalise des interventions sur le ruisseau de la Schernetz depuis de nombreuses années. En 2019, des travaux ont été effectués afin d’accentuer la sinuosité de ce ruisseau. Cela présente plusieurs intérêts : l’écoulement de l’eau est ralenti et permet de réduire les risques d’inondations en aval, les micro-habitats sont diversifiés (radiers, bancs de sable, …) et permettent à de nombreuses espèces de mieux s’y développer (poissons, libellules, plantes aquatiques). Enfin, en 2020, des saules blancs ont été plantés sur les berges (cf. photo ci-contre) afin de conforter la sinuosité du cours d’eau. Ils permettront de limiter l’érosion des berges et feront de l’ombre au ruisseau, ce qui évitera que l’eau ne se réchauffe trop durant les périodes chaudes : de nombreux organismes aquatiques se développent mal quand la température de l’eau augmente.

MISE EN PLACE D'ILOTS DE VIEILLISSEMENT (2016 - 2020)

En 2016, 2019 et 2020, les communes de Albé, Breitenbach, Bassemberg, Lutzelhouse, Urmatt, Mutzig, Heiligenberg, Dinsheim-sur-Bruche, Niederhaslach, Oberhaslach, Still et le Syndicat des 7 communes ont décidé de mettre en place des ilots de sénescence par le biais de contrats Natura 2000 : ces parcelles totalisant une surface de 52 ha ne seront plus exploités pendant 30 ans. Pour compenser le manque à gagner dû aux arbres non récoltés, les communes touchent une contrepartie financière de la part de l’Etat et de l’Europe via le réseau Natura 2000.

Ces engagements vont permettre d’augmenter le nombre de vieux arbres, d’arbres morts et d’arbres à cavités sur ces sites. Tout un cortège d’espèces pourra en bénéficier : on estime que jusqu’à 30 % des espèces recensées en forêt dépendent du bois mort, pour se nourrir, pour se protéger et dormir, ou encore pour faire un nid et élever ses petits ! Parmi ces espèces, nous pouvons citer :

  • Les oiseaux (mésanges, pics, chouettes …) : un oiseau forestier sur trois niche dans des cavités d’arbres !
  • Les mammifères (chauves-souris (Grand Murin, Barbastelle, …), écureuils, lérots, martres, …) qui utilisent aussi les arbres à cavités pour s’y reposer et s’y reproduire.
  • Les insectes dont les larves se nourrissent uniquement de bois mort, et une fois adulte, certaines espèces deviennent prédatrices des ravageurs des arbres (par exemple, certaines deviennent prédatrices des scolytes dont souffrent les épicéas actuellement). Ils servent également de nourriture aux oiseaux et participent à la décomposition du bois et au renouvellement de la forêt.
  • Les champignons, les mousses et les lichens qui poussent uniquement sur le bois mort (85 % des espèces de champignons dépendent du bois mort !).
 

Alors attention à ne pas s’y méprendre : les arbres morts regorgent de vie et constituent un maillon essentiel de l’écosystème forestier !   

AMÉLIORATION DU MILIEU DE VIE DU GRAND TÉTRAS (2018)

En 2018, l’Office National des Forêts a souscrit à des contrats Natura 2000 afin de pouvoir financer des travaux en faveur du milieu de vie pour le grand tétras sur les crêtes du Donon-Schneeberg : des clairières envahies par les épicéas ont notamment été ré-ouvertes (cf. photos avant/après travaux ci-dessus) et des parcelles ne seront plus exploitées pendant une durée de 30 ans. Ces travaux permettent ainsi de créer des milieux forestiers avec de plus gros arbres et des clairières. Ainsi, cela bénéficie non seulement au grand tétras, mais aussi à bon nombre d’autres espèces : insectes, oiseaux et chauves-souris qui affectionnent particulièrement les clairières, mais aussi les chouettes qui ont besoin de vieux arbres pour y nicher.